L'Archevêché au fil des années

 

 

Le Centre archidiocésain de Saint-Boniface, antérieurement connu sous le nom de la Résidence de l’Archevêque, est la quatrième résidence de l’Archevêque de Saint-Boniface.

La première section, en pierre, date de 1864 et a été construite par Mgr Alexandre Taché, le deuxième évêque et premier archevêque de Saint-Boniface, après l’incendie du 14 décembre 1860 qui a rasé la Cathédrale Saint-Boniface et l’évêché qui lui était adossé.

Cette section, qui fait face à la rivière Rouge, est la plus ancienne habitation de pierre qui existe encore dans l’Ouest canadien. L’établissement continue de signifier, avec la Cathédrale actuelle, l’Église-mère de plus de la moitié du Canada.

Lors de la bénédiction des fondations, le 17 avril 1864, Mgr Taché a placé sur l’entrée une petite statue de la Vierge Marie sauvée de l’incendie de 1860.

L’édifice, complété en avril 1865, a une dimension de 60 pieds par 40 pieds. Sa taille découle du fait que Mgr Taché voulait que l’édifice puisse abriter non seulement son appartement et les bureaux diocésains, mais aussi 17 pères Oblats.

En 1866, dans une lettre au supérieur des pères Oblats, Mgr Taché a indiqué qu’il ne souhaitait pas construire « un palais » : « Je le fais vaste et commode, tout calculé pour une communauté religieuse; où j’avais la consolation de loger convenablement non seulement ceux de nôtres avec lesquels je suis si heureux de vivre, mais aussi bien tous ceux qui passent d’une mission à l’autre. »

La deuxième section, en brique, date de 1899 et a été construite par Mgr Langevin, le deuxième archevêque de Saint-Boniface. Elle a les mêmes dimensions que la première section.

C’est lors de la construction de cette section, en cours entre 1896 et 1902, que le toit originel de la première section, qui avait une grande lanterne et quatre lucarnes, a été remplacé par un toit en mansarde avec cinq lucarnes. Les toits en mansarde sont associés au style architectural du Second Empire, et étaient très populaires en France, au Québec et au Manitoba français entre 1850 et 1900.

C’est en 1900 que les arbres entourant la résidence ont été plantés.

Le Centre archidiocésain de Saint-Boniface a été rénové à plusieurs reprises. Mgr Arthur Béliveau, le troisième archevêque, a remplacé le système d’éclairage au gaz par l’électricité, et a recouvert les planchers par des parquets d’érable.

Les deux sections ont connu une rénovation majeure entre 1960 et 1965, à la demande de Mgr Maurice Baudoux, le quatrième archevêque. On peut aisément reconnaître, dans la finition et la boiserie intérieure, la touche de l’architecte Étienne Gaboury, le responsable de la conception de cette rénovation.

Conscient de sa responsabilité de maintenir le caractère historique de cet édifice patrimonial, l’Archidiocèse a remplacé, en 2013, toute la toiture. Le nouveau toit en mansarde, avec bardeaux en bois, est identique au toit de 1899.

Des travaux sont présentement en cours pour renforcer la fondation du coin sud-est de la deuxième section, qui s’est soudainement affaissée à la fin octobre 2018. Depuis le 5 novembre, les ouvriers de Subterranean Manitoba Ltd, entreprise spécialisée dans la réparation des fondations, sont à l’œuvre.

Une fois qu’ils auront fini d’installer de nouveaux piliers conçus pour stabiliser la fondation, des experts en restauration d’édifices historiques répareront le mortier et réinstalleront les pierres de la fondation de 1899.