La vision de Nathanaël

Tous les baptisés sont appelés

Depuis le commencement, Nathanaël a adopté et embrassé les orientations du Concile Vatican II selon lesquelles tous les baptisés sont appelés à coopérer à la mission de l’Église. En 1970, le Pape Paul VI l’exprimait ainsi :  Une des vérités affirmées avec le plus d’énergie par le Concile est la suivante : la participation à la mission de l’Église est demandée à tous les chrétiens; ouverture, mais aussi obligation. C’est pour cela qu’il ne doit pas exister de chrétien passif dans le corps mystique du Christ. Tous et chacun doivent collaborer sous différentes formes, mais avec une coresponsabilité commune, à l’œuvre apostolique de l’Église[1] .

Reconnaître et promouvoir la dignité et la responsabilité des personnes laïques

Afin que cela puisse se réaliser, le Concile explique que les pasteurs doivent reconnaître et promouvoir la dignité et la responsabilité des laïcs dans l'Église, avoir volontiers recours à leurs avis prudents, leur remettre avrec confiance des charges postes de confiance au service de l'Église, leur accorder la liberté d'action et un champ où ils puissent l'exercer, et même les encourager à entreprendre des œuvres de leur propre initiative[2].

Urgence de l’évangélisation missionnaire

Suite au Concile, les Papes ont commencé à parler de la nouvelle évangélisation. Jean-Paul II, dans son encyclique Redemptoris missio, a proclamé l’urgence de l’évangélisation missionnaire disant qu’elle constitue dans le monde actuel le premier service que l’Église peut rendre à tout homme et à l’humanité entière . Il exhorta l’Église à engager toutes ses forces dans la nouvelle évangélisation : Aucun de ceux qui croient au Christ, aucune institution de l’Église ne peut se soustraire à ce devoir suprême : annoncer le Christ à tous les peuples. La tâche d’évangéliser, dit-il, concerne tous les chrétiens, tous les diocèses et toutes les paroisses, toutes les institutions et toutes les associations ecclésiales[3].

Nathanaël redémarre donc dans une optique d’annonce missionnaire tout en continuant de mettre l’accent sur la coresponsabilité dans la mission, le discernement des charismes, l’esprit de communion et le service des plus pauvres.

Unité et communion

Je ne prie pas pour eux seulement, mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi, afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé (Jn 17, 20-21).

La vocation du baptisé catholique est de vivre en union avec le Christ et son témoignage en est un d’unité et de communion. De même que le sarment ne peut de lui-même porter du fruit s’il ne demeure pas sur la vigne, ainsi le baptisé non plus s’il ne demeure pas en Jésus-Christ (Jn 15, 4).

Avec nos talents et nos charismes, nous sommes tous appelés à cette union avec le Christ pour former l’Église. Et c’est l’Esprit-Saint qui nous unit en communion et nous conduit à une union parfaite comme un peuple qui tire son unité de l’unité du Père et du Fils et de l’Esprit Saint[1].

Un appel au leadership chrétien laïc

Différents styles de leadership seront présentés à Nathanaël :

  • Le leadership du serviteur

En se familiarisant avec le leadership du serviteur, le candidat apprendra à assumer des responsabilités dans l’Église ou dans la société en se mettant au service humble des autres et en prenant comme modèle, le Christ. Ce leadership chrétien implique des attitudes qui rassemblent et bâtissent la communion en Église ou ailleurs.

  • Le leadership partagé

Bien que très lié au concept du leadership du serviteur, le leadership partagé se situe davantage au niveau du « comment faire ». Il est fondé sur la distribution des rôles selon les compétences et les charismes des personnes. Dans l’Église, nous avons aussi besoin d’un leadership organisationnel qui bâtit la communauté. Les candidats seront sensibilisés à ce style de leadership qui contribue lui aussi à créer la communion

[1]Lumen Gentium, no 4.

[1]Enseignement du Pape Paul VI : Coresponsabilité du laïcat dans la mission de l’Église : pas de chrétien passif (1970).

[2]Lumen Gentium #37

[3]Redemptoris Missio 1990 #2-3


Formation de la foi des adultes